Notre-Dame de Pépiole Bienvenue dans notre chapelle

Mercredi de la Troisième Semaine

Louange du soir

Seigneur, au seuil de cette nuit par Le Chœur de l’Abbaye d’En Calcat


Seigneur, au seuil de cette nuit,
Nous venons te rendre l'esprit
Et la confiance.
Bientôt nous ne pourrons plus rien ;
Nous les mettons entre tes mains
Afin qu'en toi nos vies demain
Prennent naissance.

Ce jour en train de décliner,
Tu nous donnes de le tourner
Vers le mystère
Qui fit le premier soir avant
La première aube sur les temps,
Et chaque soir au soir suivant
Dit ta lumière.

Rappelle-toi lorsque tu vins
Dans le vent de nuit au jardin
De la genèse,
Afin que l’homme trouve au cœur
Un nouveau jour, plus intérieur,
Qui le rappelle à son Seigneur,
Quand l'autre baisse.

Tu ne l'as pas abandonné ;
Ton esprit de feu dans la nuée
Resta fidèle.
Et puis le ciel s'est découvert,
Quand tu pris chair de notre chair,
Quand tu donnas à l'univers
Sa nuit nouvelle.

Surtout, Jésus, rappelle-toi,
Descendant encore plus bas,
À la mort même :
Puisque tout est renouvelé,
Laisse ce soir nos cœurs aller
Dans cette paix que tu promets
À ceux qui t'aiment.

Psaumes 125 et 126 par Le Chœur des Moines de l’Abbaye de Tamié

PSAUME 125

01 Quand le Seigneur ramena les captifs à Sion,* nous étions comme en rêve !

02 Alors notre bouche était pleine de rires, nous poussions des cris de joie ; + alors on disait parmi les nations : « Quelles merveilles fait pour eux le Seigneur ! » *

03 Quelles merveilles le Seigneur fit pour nous : nous étions en grande fête !

04 Ramène, Seigneur, nos captifs, comme les torrents au désert.

05 Qui sème dans les larmes moissonne dans la joie : +

06 il s’en va, il s’en va en pleurant, il jette la semence ; * il s’en vient, il s’en vient dans la joie, il rapporte les gerbes.

PSAUME 126

01 Si le Seigneur ne bâtit la maison, les bâtisseurs travaillent en vain ; * si le Seigneur ne garde la ville, c’est en vain que veillent les gardes.

02 En vain tu devances le jour, tu retardes le moment de ton repos, + tu manges un pain de douleur : * Dieu comble son bien-aimé quand il dort.

03 Des fils, voilà ce que donne le Seigneur, des enfants, la récompense qu’il accorde ; *

04 comme des flèches aux mains d’un guerrier, ainsi les fils de la jeunesse.

05 Heureux l’homme vaillant qui a garni son carquois de telles armes ! * S’ils affrontent leurs ennemis sur la place, ils ne seront pas humiliés.

                                                                                                                                                                      

Jésus leur adressa la parole :

« Croyez-moi,

je suis dans le Père et le Père est en moi.

Tout ce que vous demanderez en mon nom,

je le ferai,

de sorte que le Père soit glorifié dans le Fils.

Si vous me demandez quelque chose

en mon nom, je le ferai».

 

Magnificat par le Chœur des Moines de l’Abbaye de Tamié

« Mon âme exalte le Seigneur,

exulte mon esprit en Dieu, mon Sauveur !

Il s'est penché sur son humble servante ;

désormais tous les âges me diront bienheureuse.

Le Puissant fit pour moi des merveilles ; Saint est son nom !

Sa miséricorde s'étend d'âge en âge sur ceux qui le craignent.

Déployant la force de son bras, il disperse les superbes.

Il renverse les puissants de leurs trônes, il élève les humbles.

Il comble de biens les affamés, renvoie les riches les mains vides.

Il relève Israël son serviteur, il se souvient de son amour,

de la promesse faite à nos pères,

en faveur d'Abraham et sa descendance à jamais. »

Dieu qui donnes sans compter à ceux qui comptent sur toi, sois le bâtisseur de ton Église et garde-nous comme des pierres vivantes, dans la fidélité à l'Evangile de ton Christ. Apprends-nous à travailler comme si tout dépendait de nous ; apprends-nous à nous dépenser en attendant tout de ta grâce.  Amen !