Notre-Dame de Pépiole Bienvenue dans notre chapelle

Mardi de la Quatrième Semaine

A la mesure sans mesure (par le Chœur de l’Abbaye du Bec Hellouin)

À la mesure sans mesure
De ton immensité
Tu nous manques, Seigneur.
Dans le tréfonds de notre cœur
Ta place reste marquée
Comme un grand vide, une blessure.

À l’infini de ta présence
Le monde est allusion,
Car tes mains l’ont formé.
Mais il gémit, en exilé,
Et crie sa désolation
De n’éprouver que ton silence.

Dans le tourment de ton absence,
C’est toi déjà, Seigneur,
Qui nous a rencontrés.
Tu n’es jamais un étranger,
Mais l’hôte plus intérieur
Qui se révèle en transparence.

Cachés au creux de ton mystère,
Nous te reconnaissons
Sans jamais te saisir.
Le pauvre seul peut t’accueillir,
D’un cœur brûlé d’attention,
Les yeux tournés vers ta lumière.

Le psaume 100 (par Le Chœur de l’Abbaye de Keur Moussa au Sénégal)

R/ Si vous gardez mes commandements, vous demeurerez dans mon amour

1 Je chanterai justice et bonté :*
à toi mes hymnes, Seigneur !
2 J’irai par le chemin le plus parfait ;*
il quand viendras-tu jusqu’à moi ?

Je marcherai d’un cœur parfait
avec ceux de ma maison ;*
3 je n’aurai pas même un regard
pour les pratiques démoniaques.

Je haïrai l’action du traître
qui n’aura sur moi nulle prise ; *

4 loin de moi, le cœur tortueux !
Le méchant, je ne veux pas le connaître.

5 Qui dénigre en secret son prochain,
je le réduirai au silence ; *
le regard hautain, le cœur ambitieux,
je ne peux les tolérer.

6 Mes yeux distinguent les hommes sûrs du pays :
ils siégeront mes côtés ; *
qui se conduira parfaitement,
celui-là me servira.

7 Pas de siège, parmi ceux de ma maison,
pour qui se livre à la fraude ; *
impossible à qui profère le mensonge
de tenir sous mon regard.

8 Chaque matin, je réduirai au silence
tous les coupables du pays, *
pour extirper de la ville du Seigneur
tous les auteurs de crimes.

Doxologie

R/ Si vous gardez mes commandements, vous demeurerez dans mon amour

 

 

« C'est grâce au Christ que les uns et les autres, dans un seul Esprit, nous avons l'accès auprès du Père.

Ainsi vous n'êtes plus des étrangers, ni des émigrés ; vous êtes concitoyens des saints, vous êtes de la famille de Dieu.

Nous avons été intégrés dans la construction qui a pour fondation les apôtres et les prophètes, et la clé de voute, la pierre maîtresse, c'est Jésus-Christ lui-même. »

Lettre de Paul aux Ephésiens 2,18-20

Cantique évangélique – Benedictus (par Le Chœur de l’Abbaye de Tamié)

Cantique évangélique (Lc 1, 68-79) – Benedictus – Cantique de Zacharie

Béni soit le Seigneur, le Dieu d'Israël,

qui visite et rachète son peuple.

Il a fait surgir la force qui nous sauve

dans la maison de David, son serviteur,

comme il l'avait dit par la bouche des saints,

par ses prophètes, depuis les temps anciens :

salut qui nous arrache à l'ennemi,

à la main de tous nos oppresseurs,

amour qu'il montre envers nos pères,

mémoire de son alliance sainte,

serment juré à notre Père Abraham

de nous rendre sans crainte,

afin que, délivrés de la main des ennemis, †

nous le servions dans la justice et la sainteté,

en sa présence, tout au long de nos jours.

Et toi, petit enfant, tu seras appelé

prophète du Très-Haut :

tu marcheras devant, à la face du Seigneur,

et tu prépareras ses chemins

pour donner à son peuple de connaître le salut

par la rémission de ses péchés,

grâce à la tendresse, à l'amour de notre Dieu,

quand nous visite l'astre d'en haut,

pour illuminer ceux qui habitent les ténèbres

et l'ombre de la mort, pour conduire nos pas

au chemin de la paix.

Doxologie

Dieu créateur, chaque aurore,

Tu nous offres un temps pour nous laisser traverser par la Parole originelle :

un temps pour renouer avec la beauté de la création, dans la louange.

En ce jour, garde-nous de la plainte qui rétrécit :

complices de tant de raisons et de pensées moroses,

nous contrarions, trop souvent, l'élan de la vie en nous et entre nous…

Dieu créateur et sauveur, donne-nous, en cette heure,

de recueillir toute l'épaisseur de l'existence et de l'histoire :

la douceur et la légèreté comme la douleur et l'âpreté,

portées dans la louange qui conduit toute situation jusqu'au bout de la nuit.

Donne-nous d'entrer dans la présence pure :

dans cet émerveillement de première fois

où qui regarde et ce qui est regardé se donnent jour.

Dieu, Tu nous recrées aujourd'hui et nous invoquons ton Nom :

Notre Père (par Le Chœur de l’Abbaye de Tamié)