Notre-Dame de Pépiole Bienvenue dans notre chapelle

Le 21 juin 2022 de 15h00 à 16h30

Dixième Rencontre Biblique 2021-2022 – Jésus parle de Miséricorde mais aussi de Justice

 

Pour préparer notre dernière rencontre, regardons d'abord ensemble deux fils mis en vis-à-vis dans une parabole de Matthieu, commentée par deux théologiens protestants.

Parabole des deux fils en Matthieu 21,28-32

Luc 15 : notre chapitre du jour – Parabole du Prodigue

Les collecteurs d’impôts et les pécheurs s’approchaient tous de lui pour l’écouter. 2 Et les Pharisiens et les scribes murmuraient ; ils disaient : « Cet homme-là fait bon accueil aux pécheurs et mange avec eux ! » 3 Alors il leur dit cette parabole : 4 « Lequel d’entre vous, s’il a cent brebis et qu’il en perde une, ne laisse pas les quatre-vingt-dix-neuf autres dans le désert pour aller à la recherche de celle qui est perdue jusqu’à ce qu’il l’ait retrouvée ? 5 Et quand il l’a retrouvée, il la charge tout joyeux sur ses épaules, 6 et, de retour à la maison, il réunit ses amis et ses voisins, et leur dit : “Réjouissez-vous avec moi, car je l’ai retrouvée, ma brebis qui était perdue ! ” 7 Je vous le déclare, c’est ainsi qu’il y aura de la joie dans le ciel pour un seul pécheur qui se convertit, plus que pour quatre-vingt-dix-neuf justes qui n’ont pas besoin de conversion. 8 « Ou encore, quelle femme, si elle a dix pièces d’argent et qu’elle en perde une, n’allume pas une lampe, ne balaie la maison et ne cherche avec soin jusqu’à ce qu’elle l’ait retrouvée ? 9 Et quand elle l’a retrouvée, elle réunit ses amies et ses voisines, et leur dit : “Réjouissez-vous avec moi, car je l’ai retrouvée, la pièce que j’avais perdue ! ” 10 C’est ainsi, je vous le déclare, qu’il y a de la joie chez les anges de Dieu pour un seul pécheur qui se convertit. »

11 Il dit encore : « Un homme avait deux fils. 12 Le plus jeune dit à son père : “Père, donne-moi la part de bien qui doit me revenir.” Et le père leur partagea son avoir. 13 Peu de jours après, le plus jeune fils, ayant tout réalisé, partit pour un pays lointain et il y dilapida son bien dans une vie de désordre. 14 Quand il eut tout dépensé, une grande famine survint dans ce pays, et il commença à se trouver dans l’indigence. 15 Il alla se mettre au service d’un des citoyens de ce pays qui l’envoya dans ses champs garder les porcs. 16 Il aurait bien voulu se remplir le ventre des gousses que mangeaient les porcs, mais personne ne lui en donnait. 17 Rentrant alors en lui-même, il se dit : “Combien d’ouvriers de mon père ont du pain de reste, tandis que moi, ici, je meurs de faim ! 18 Je vais aller vers mon père et je lui dirai : Père, j’ai péché envers le ciel et contre toi. 19 Je ne mérite plus d’être appelé ton fils. Traite-moi comme un de tes ouvriers.” 20 Il alla vers son père. Comme il était encore loin, son père l’aperçut et fut pris de pitié : il courut se jeter à son cou et le couvrit de baisers. 21 Le fils lui dit : “Père, j’ai péché envers le ciel et contre toi. Je ne mérite plus d’être appelé ton fils…” 22 Mais le père dit à ses serviteurs : “Vite, apportez la plus belle robe, et habillez-le ; mettez-lui un anneau au doigt, des sandales aux pieds. 23 Amenez le veau gras, tuez-le, mangeons et festoyons, 24 car mon fils que voici était mort et il est revenu à la vie, il était perdu et il est retrouvé.” « Et ils se mirent à festoyer. 25 Son fils aîné était aux champs. Quand, à son retour, il approcha de la maison, il entendit de la musique et des danses. 26 Appelant un des serviteurs, il lui demanda ce que c’était. 27 Celui-ci lui dit : “C’est ton frère qui est arrivé, et ton père a tué le veau gras parce qu’il l’a vu revenir en bonne santé.” 28 Alors il se mit en colère et il ne voulait pas entrer. Son père sortit pour l’en prier ; 29 mais il répliqua à son père : “Voilà tant d’années que je te sers sans avoir jamais désobéi à tes ordres ; et, à moi, tu n’as jamais donné un chevreau pour festoyer avec mes amis. 30 Mais quand ton fils que voici est arrivé, lui qui a mangé ton avoir avec des filles, tu as tué le veau gras pour lui ! ” 31 Alors le père lui dit : “Mon enfant, toi, tu es toujours avec moi, et tout ce qui est à moi est à toi. 32 Mais il fallait festoyer et se réjouir, parce que ton frère que voici était mort et il est vivant, il était perdu et il est retrouvé.”

Pour bien entrer la parabole, dite de « l'Enfant prodigue », il faut entendre en premier lieu l'introduction du chapitre 15 : « 1 Les collecteurs d’impôts et les pécheurs s’approchaient tous de lui pour l’écouter. 2 Et les Pharisiens et les scribes murmuraient ; ils disaient : « Cet homme-là fait bon accueil aux pécheurs et mange avec eux ! ». Jésus est-il laxiste par rapport aux pécheurs de son temps, comme semblent le penser les religieux et spécialistes de la Loi ?
Trois personnages sont en scène dans cette parabole : habituellement, on met le projecteur sur le fils cadet, comme l'indique le titre traditionnel donné à ce récit. Pour moi, quel est le personnage principal?
Quel est le portrait dressé du fils cadet, celui qui s'en va, ayant réclamé sa part d'héritage ? Notons la spirale dans laquelle il descend au cours de son périple dans sa « liberté » octroyée par le père (12-16).
« 17 Rentrant alors en lui-même, il se dit …» : comment interpréter la démarche du cadet dans sa détresse ? (17-20)
Portrait du père:
« Le père leur partagea son avoir» (12) : dès le début de l'histoire, comment caractériser ce père ?
« Comme il était encore loin, son père l’aperçut et fut pris de pitié : il courut se jeter à son cou et le couvrit de baisers.(20) ». Comment Luc présente-t-il l'attente du père ?
Que dire de la réaction du père face aux paroles de repentir du fils? (22-24)
Noter la démarche du père vis-à-vis de l'aîné (29-32)
Portrait du fils aîné: d'où vient-il, que dit-il, comment se situe-t-il par rapport à son frère et à son père ? (25-30)
Comment se termine la parabole ? Ne restons-nous pas dans le flou ? Pourquoi rien ne nous est-il dit de la rencontre des deux frères ?
Quelle image de la relation pour moi, aujourd'hui ? Quelle représentation de Dieu ?