Notre-Dame de Pépiole Bienvenue dans notre chapelle

Neuvième rencontre biblique du lundi 30 ou mardi 31 mai 2022

Jésus parle en paraboles

Jésus invite à marcher sur la voie du Royaume

Lors de notre dernière rencontre, nous sommes passés directement de la tempête apaisée à l’histoire des deux femmes, faisant l’impasse sur celle du possédé de Gérasa. Dans ce long récit, le substantif « foi » n’est pas plus utilisé que le verbe « croire ». Est-ce que la réalité de la foi en serait absente ? On ne peut pas dire que les démons ont la foi : même s’ils obéissent à Jésus, c’est qu’ils y sont contraints ; or la foi est, par essence, une adhésion libre. Par ailleurs, même s’il est vrai qu’ils savent qui est Jésus, puisqu’ils l’appellent « Fils du Dieu très-haut », cela n’exprime pas la foi, car ayant réduit l’homme à l’état animal entrés en lui pour le parasiter, ils s’opposent à la Volonté de Dieu. C’est qu’eux-mêmes sont des bêtes, qui devront entrer dans les animaux impurs que sont les porcs. Et alors que les disciples sont sauvés de la mer, ils y sont précipités. Où est-il donc question de foi dans ce passage ? 

Exorcisme en pays païen

8,26 Ils abordèrent au pays des Géraséniens qui est en face de la Galilée. 27 Comme il descendait à terre, vint à sa rencontre un homme de la ville qui avait des démons. Depuis longtemps il ne portait plus de vêtement et ne demeurait pas dans une maison, mais dans les tombeaux. 28 A la vue de Jésus, il se jeta à ses pieds en poussant des cris et dit d’une voix forte : « Que me veux-tu, Jésus, Fils du Dieu Très-Haut ? Je t’en prie, ne me tourmente pas. » 29 Jésus ordonnait en effet à l’esprit impur de sortir de cet homme. Car bien des fois il s’était emparé de lui ; on le liait, pour le garder, avec des chaînes et des entraves ; mais il brisait ses liens et il était poussé par le démon vers les lieux déserts. 30 Jésus l’interrogea : « Quel est ton nom ? » — « Légion », répondit-il, car de nombreux démons étaient entrés en lui. 31 Et ils le suppliaient de ne pas leur ordonner de s’en aller dans l’abîme. 32 Or il y avait là un troupeau considérable de porcs en train de paître dans la montagne. Les démons supplièrent Jésus de leur permettre d’entrer dans ces porcs. Il le leur permit. 33 Les démons sortirent de l’homme, ils entrèrent dans les porcs, et le troupeau se précipita du haut de l’escarpement dans le lac et s’y noya. 34 A la vue de ce qui était arrivé, les gardiens prirent la fuite et rapportèrent la chose dans la ville et dans les hameaux. 35 Les gens s’en vinrent pour voir ce qui s’était passé. Ils arrivèrent auprès de Jésus et trouvèrent, assis à ses pieds, l’homme dont les démons étaient sortis, qui était vêtu et dans son bon sens, et ils furent saisis de crainte. 36 Ceux qui avaient vu leur rapportèrent comment celui qui était démoniaque avait été sauvé. 37 Alors, toute la population de la région des Gergéséniens demanda à Jésus de s’éloigner d’eux, car ils étaient en proie à une grande crainte ; et lui monta en barque et s’en retourna. 38 L’homme dont les démons étaient sortis le sollicitait ; il demandait à être avec lui. Mais Jésus le renvoya en disant : 39 « Retourne dans ta maison et raconte tout ce que Dieu a fait pour toi. » Et l’homme s’en alla, proclamant par toute la ville tout ce que Jésus avait fait pour lui.

Pourquoi Jésus parlait-il en paraboles ?

Parabole du bon samaritain : Luc 10,24-37

10,25 Et voici qu’un légiste se leva et lui dit, pour le mettre à l’épreuve : « Maître, que dois-je faire pour recevoir en partage la vie éternelle ? »

26 Jésus lui dit : « Dans la Loi qu’est-il écrit ? Comment lis-tu ? »

27 Il lui répondit : « Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme, de toute ta force et de toute ta pensée, et ton prochain comme toi-même. »

28 Jésus lui dit : « Tu as bien répondu. Fais cela et tu auras la vie. »

29 Mais lui, voulant montrer sa justice, dit à Jésus : « Et qui est mon prochain ? »

30 Jésus reprit : « Un homme descendait de Jérusalem à Jéricho, il tomba sur des bandits qui, l’ayant dépouillé et roué de coups, s’en allèrent, le laissant à moitié mort.

31 Il se trouva qu’un prêtre descendait par ce chemin ; il vit l’homme et passa à bonne distance.

32 Un lévite de même arriva en ce lieu ; il vit l’homme et passa à bonne distance.

33 Mais un Samaritain qui était en voyage arriva près de l’homme : il le vit et fut pris de pitié. 34 Il s’approcha, banda ses plaies en y versant de l’huile et du vin, le chargea sur sa propre monture, le conduisit à une auberge et prit soin de lui.

35 Le lendemain, tirant deux pièces d’argent, il les donna à l’aubergiste et lui dit : “Prends soin de lui, et si tu dépenses quelque chose de plus, c’est moi qui te le rembourserai quand je repasserai.”

36 Lequel des trois, à ton avis, s’est montré le prochain de l’homme qui était tombé sur les bandits ? »

37 Le légiste répondit : « C’est celui qui a fait preuve de bonté envers lui. » Jésus lui dit : « Va et, toi aussi, fais de même. »

Où en sommes-nous de l'itinéraire de Jésus dans l'Evangile de Luc ? Avec ses disciples, Jésus vient d'entamer sa montée vers Jérusalem (Luc 9,51) : c'est un tournant dans l'Evangile. Les soixante-douze disciples reviennent de mission, remplis d'enthousiasme (Luc 10,1-24). Pour Jésus, c'est le signe de l'œuvre du Père qui s'accomplit à travers ses paroles, ses actes et la mission des disciples au milieu des foules.

La parabole du bon samaritain s'inscrit dans ce contexte de ferveur et même de triomphe.

Pourquoi l'arrivée du docteur de la loi est-elle présentée par Luc comme une mise à l'épreuve ? 10,25 Et voici qu’un légiste se leva et lui dit, pour le mettre à l’épreuve : « Maître, que dois-je faire pour recevoir en partage la vie éternelle ? »

« Que dois-je faire ? » « Qui est mon prochain ? » Examinons bien les questions du légiste : elles sont légitimes mais quelles sont leurs limites où sont les enjeux ?

Examinons aussi le chemin de réponse proposé par Jésus : tout d'abord, il renvoie le théologien à l'énoncé de la Loi ; puis, il l'interroge sur sa propre lecture de la Loi. Enfin, Jésus raconte une parabole : au lieu de répondre à la question, il renvoie cet homme à la réalité des relations, à sa situation, ses choix, sa responsabilité.

Examinons aussi les différents personnages de la parabole : lequel est central ? Qui représentent-ils ?